Aller le contenu

L’Ubérisation : opportunités et dangers

L’avenir du   travail et  des emplois de nos enfants  nous inquiète.   Nos peurs ont nom : ubérisation et  robotisation. Nous consacrerons un article ultérieur à la question des   « robots tueurs d’emploi».  L’ « Ubérisation » désigne  un bouleversement  du travail , lié au développement foudroyant des « plateformes numériques  » de mise en relation directe  des acheteurs et des vendeurs. La multinationale Uber en est l’archétype avec  ses filiales VTC (voitures de transports avec chauffeurs) et de covoiturage  (UberPop , interdite en France  depuis 2015).  Cette innovation  créée-t-elle de la valeur et de l’emploi ?  Annonce-t-elle  la fin  du salariat protégé par le Code du travail,  remplacé par auto-entreprenariat, pauvre et précaire ?

 

 La révolution des plateformes Biface

Amazon (distribution) , Airbnb  (logement) , Bablacar (covoiturage), Drivy et  Wingly (partage de  voitures,  d’avions) ,  Visa ou  American Express (paiement par carte ), le Google le californien  ou  Qwant la niçoise (moteurs de recherche) , Linux, Windows, ou Android ( système d’exploitation) , Sony ou ApplePlay  (jeux ) ….  autant d’entreprises  apparues avec le révolution numérique , qui ont déjà transformé  notre quotidien.   Leur point commun ?  Ce sont des « plateforme biface »,  que   Jean Tirole définit  comme des gestionnaires d’applications numériques  qui mettent en contact direct un utilisateur (le passager d’un covoiturage) avec un prestataire (le chauffeur) ou qui facilitent l’échange. La plateforme a comme clients à la fois le fournisseur du service et le client final. Un peu comme le marché traditionnel d’antan qui réunissait producteur et client.  La géolocalisation, la gestion des données et les scores (notation réciproque du client et du vendeur)  facilitent l’efficacité du service et l’unification des prix.

 

En  positif : création  nette de valeur et d’emplois  

Ces plateformes sont  de véritables  innovations offrant  nouveau service à moindre prix.   Elles participent au processus de « destruction créatrice » décrit en 1912 par  Joseph Schumpeter :   « remplacement continuel des éléments périmés de l’économie  par des éléments neufs ». Pour le covoiturage, on trouve des trajets à 4 euros entre Albi et Toulouse à l’heure de son choix. Une souplesse nouvelle.  L’économiste  l’analyse  comme l’optimisation de l’utilisation du capital : vous avez 3 places de libres dans votre voiture, une chambre  inoccupée dans votre appartement,  vous les partagez moyennant une participation aux frais.   Certes, cela pourra entraîner réduction du chiffre d’affaires hôtelier   ou   la diminution des  emplois  des taxis.    Mais le bilan net semble positif :  la filière  VTC  serait  à elle seule   responsable du quart des emplois nouveaux en Ile de France, de 15 % pour la France, occupés pour près 50 %  par des jeunes  sans diplôme, au chômage ou  issus des quartiers défavorisés. Le VTC est un ascenseur social !  La baisse des prix élargit la clientèle du transport.   Enfin  s’il va à l’encontre des transports collectifs les moins polluants   son bilan écologique n’est pas que  négatif : le covoiturage et le VTC réduirait l’usage de l’automobile personnelle  de 20 %.  

 

 Colères de chauffeurs, dérégulation et précarité

Toute innovation fabrique des mécontents et comporte des risques  :   manifestations  récentes des chauffeurs de taxi contre les VTC ; des  VTC contre leur employeur Uber   pour le  maintien à 20 % de la commission.   VTC contre les mesures  de régulation de la loi Grandguillaume  (29.12.16 obligeant les chauffeurs VTC à passer un examen à la Chambre des métiers). Le modèle économique du chauffeur de VTC est fragile : 1600 euros nets pour 60 heures de travail  mais seulement 500 € nets pour 40 heures : on peut se demander si le  modèle salarial  ne serait pas préférable, car  hormis la liberté d’emploi du temps très relative (sanction au bout de deux refus de courses), et la possibilité de cumul d’activités,   l’autonomie d’un VTC est  restreinte : tarif fixé,  notation et radiation possible à tout moment.  La colère des taxis  est tout aussi justifiée. Ils ont acheté cher une licence dont le prix s’effondre. Il y a là une erreur historique des pouvoirs publics  qui ont laissé faire la revente  des licences  attribuées initialement en nombre réduit (le même nombre qu’en  1930 !).

 

Une révolution  « disruptive »

Pour le philosophe Bernard Stiegler  dans son dernier livre « Dans la disruption, comment ne pas devenir fous ? » Ed. Les Liens qui libèrent,  la  disruption désigne un changement radical qui va plus vite que toute volonté, aussi bien individuelle que collective  Elle est   «  un phénomène d’accélération de l’innovation qui est à la base de la stratégie développée dans la Silicon Valley : il s’agit d’aller plus vite que les sociétés pour leur imposer des modèles qui détruisent les structures sociales et rendent la puissance publique impuissante ».  Or l’économie numérique  apparaît  disruptive car toutes les positions concurrentielles et les régulations en vigueur sont remises en cause en un temps très court.  Cela provoque un sentiment de perte de repères et l’idée que tout le travail va être détruit. La disruption, ne laisse pas le temps au corps social de s’adapter à la nouvelle donne.

 Légiférer sans interdire

Nous est-il possible de garder les aspects bénéfiques de la révolution  des plateformes  tout en contrant les aspects négatifs et en redonnant du sens au travail ? Dans l’immédiat,  le  principal problème  du travail « ubérisé » est celui de la « zone grise »  intermédiaire entre l’économie de partage à bon lucratif (ex Wikipédia, Linux )  et les plateformes qui offrent juste un complément de revenus. Selon  Marc Cenedèse,  juriste, « l’ubérisation  sauvage  enterre le Code du travail… et elle l’enterre vivant ! ».    Une course de vitesse  est engagée entre   le modèle économique d’Uber  – « vraie-fausse » économie de partage –  et la préservation  de notre modèle social.  D’urgence, il faut  adapter le statut d’auto-entrepreneurs : engager la responsabilité de la plateforme en cas  de « radiation » d’accidents et de maladies liées au travail.   Il est du devoir de la représentation nationale  s’y atteler.

Christian Branthomme et Loïc Steffan